Atmosphère de fin de règne à l'Assemblée nationale

lucie romano

— 

Le député UMP Jean-Pierre Soisson.
Le député UMP Jean-Pierre Soisson. —

«Je pourrais manœuvrer mon bateau à Bonifacio, écrire d'autres livres sur la Bourgogne... » Une liste de choses à faire pour lutter contre l'angoisse de ne plus aller et venir dans la salle des pas perdus de l'Assemblée nationale qu'il aura tant aimée. Jean-Pierre Soisson, député de l'Yonne depuis 1968, quarante-quatre ans de mandat au compteur, ne se représentera pas en juin prochain. Pour l'élu de 77 ans, ce mardi 6 mars, clap de fin de la 13e législature de la Ve République, avait donc le goût de la retraite, amer. « Il fallait que j'arrête, mais ce n'est que le choix de la raison. Je tutoie tous les fonctionnaires, j'ai vécu ici de profondes amitiés, j'ai adoré le soir, après une séance, échanger à la buvette de l'Assemblée nationale autour d'un chablis. » Une page se tourne aussi pour Jean Gaubert, député PS des Côtes-d'Armor. Croisé dans la salle des Quatre Colonnes juste avant les dernières questions au gouvernement, il ne cachait pas son émotion : « J'ai effectué trois mandats et je suis fier du travail accompli, notamment de la loi sur le Pacs (pacte civil de solidarité, en 1999), qui a suscité d'intenses débats et qui est aujourd'hui complètement entrée dans les mœurs. » Tapes dans le dos complices, poignées de main chaleureuses, saluts appuyés, c'était mardi le temps des au revoir, avec même un parfum de nostagie pour Marie-Christine Dalloz, députée UMP du Jura, pourtant candidate à un nouveau mandat et potentiellement de retour à la prochaine mandature. « On n'est jamais sûrs de revenir. Après quatre ans et demi au Parlement, c'est difficile de penser que ces moments de complicité avec les collègues, ce sentiment d'appartenance à un groupe, sont peut-être terminés. » Pas question de faire ses cartons, acte hautement symbolique : elle reviendra régulièrement au moins jusqu'au soir du deuxième tour des législatives, le 17 juin prochain. Si son assistante parlementaire a elle demandé des cartons, c'est simplement pour libérer de la place sur son étagère et entreposer des documents de campagne.