Matisse et ses doubles

Amalia Casado

— 

La série Nu Bleu, I, II, III et IV d'Henri Matisse (1952).
La série Nu Bleu, I, II, III et IV d'Henri Matisse (1952). —

Bien connu, déjà vu ? Non ! La grande exposition Matisse qui s'ouvre aujourd'hui au Centre Pompidou propose d'observer un phénomène central de l'œuvre du peintre : la série. Eh oui, Henri Matisse (1869-1954) a, tout au long de sa carrière, eu le goût de l'expérimentation, de la citation, de la reproduction. Si bien que ses toiles fonctionnent souvent par paires, voire plus si affinités.

Le peintre au travail
Le thème est suivi de ses variations. C'est ce côté expérimental qu'a voulu retranscrire le Centre Pompidou. On y devine le peintre au travail. « C'est plus un accrochage d'atelier que d'expo », dévoile Cécile Debray, commissaire. « Derrière une apparente facilité de la forme dans les œuvres de Matisse a existé un travail très complet », poursuit-elle. Paysages parisiens, vues du quai Saint-Michel depuis son atelier, scènes de forêts à Tanger, natures mortes à Séville, nues de femmes, pommes… les sujets sont variés, toujours présentées en regard de leurs doubles, dans cette démarche propre à l'artiste. Une expo qui permet de redécouvrir l'œuvre du maître sous différents angles.

Pratique

« Matisse, paires et séries ». De 8 à 12 €. Du 7 mars au 18 juin de 11 h à 21 h, nocturne le jeudi jusqu'à 23 h. Au Centre Pompidou, 4e.www.centrepompidou.fr.