François Hollande rend visite aux Français de Londres

— 
Le candidat socialiste, hier à Londres.
Le candidat socialiste, hier à Londres. —

C'est une ville moyenne française de l'autre côté du Channel. Environ 300 000 Français vivent à Londres, une terre électorale à conquérir pour le PS. « Ce sont des Français de l'étranger, mais des Français d'abord », glisse Pierre Moscovici dans l'Eurostar qui l'emmène en Grande-Bretagne, pays de la City et du libéralisme anglo-saxon. Mais tous ne travaillent pas dans la finance. Loin de là. « Le problème est que la France a une vision erronée des expatriés de Londres. Il n'y a pas que des financiers, mais aussi des familles venues tenter une expérience, des étudiants », détaille Sanjay venu accueillir François Hollande à la gare. En 2007, le résultat du vote des Français à Londres avait d'ailleurs été le même qu'en France : Sarkozy 53 %, contre 47 % à Royal. Histoire de soigner ces électeurs expatriés, François Hollande s'est exprimé devant eux. Un meeting organisé par la section socialiste locale. L'auditoire est parfois plus virulent qu'en France. « Sarko, ça suffit ! Il a ruiné nos acquis sociaux. C'est un voleur de grand chemin », lance Catherine, enseignante française et militante au Labour. D'autres sont plus circonspects. « J'ai voté Sarkozy en 2007. En France, il y a une hypocrisie par rapport à l'argent, détaille Josselin qui travaille dans une banque. Même si le monde de la finance reste opaque et doit être régulé. » De quoi plaire à Hollande qui vient justement de mener une charge contre la finance folle et les plus privilégiés.