Bientôt un club émergent dans la capitale bretonne ?

— 

Samedi soir, à la salle Colette-Besson, c'était « la fête du basket en Ille-et-Vilaine », selon Mickaël Lebreton. Présent sur place, le vice-président de la Ligue de Bretagne a grandement apprécié le spectacle offert par l'Union Rennes et l'Aurore Vitré, dans le choc au sommet de Nationale 2. « Le jeu était très intéressant, très rapide, avec des joueurs formés dans la région. Dont un Bernard M'Poy énorme [le Rennais a terminé meilleur marqueur de la rencontre, avec 29 points]. » Le suspense était également au rendez-vous, une prolongation de cinq minutes venant contenter davantage un public aux anges. « C'était plein, avec 2 000 spectateurs. Ça prouve qu'il y a un vrai public à Rennes. » Lequel attend désespérément de voir une de ses équipes, atteindre les hautes sphères nationales. Histoire de contrebalancer (un peu) avec les étendards finistériens. « On a eu deux clubs en Pro B [Brest et Quimper], et ce serait bien d'équilibrer les choses. Pour l'instant, l'URB est en bonne voie pour accéder à la N1. Vitré avait échoué à deux reprises, il y a quelques années, et mériterait tout autant, aujourd'hui, d'évoluer à ce niveau. » Posséder deux représentants supplémentaires dans l'antichambre des professionnels, renforcerait « l'image » du basket breton. « C'est tout ce qu'on espère», assure Mickaël Lebreton - le très bien nommé. j. g.

30 000 licenciés cette année, « un objectif fort »

Ayant déjà enregistré un tel chiffre par le passé, la Ligue de Bretagne veut rééditer sa performance, elle qui se situe dans le top 5 des Ligues les plus pourvues. L'idée est notamment de valoriser le « 3 x 3 » (version avec une seule moitié de terrain), et « permettre au plus grand nombre de jouer au basket, tout en consolidant (notre) filière d'accession au plus haut niveau. »