Un léger goût d'amertume

Manuel Pavard

— 

A une minute près, la soirée aurait pu être parfaite pour le GF38. On jouait la 90e minute, dimanche, au Stade des Alpes : les Grenoblois, jamais inquiétés par Propriano, menaient 2-0 grâce à des buts de Chergui (45e) et Belladon (82e) et renouaient avec le succès après quatre 0-0 consécutifs. « Tout était positif, estime Olivier Saragaglia. On a retrouvé le chemin des filets, on s'est créé des occasions, on les a harcelés et empêchés d'être dangereux. » L'arbitre a alors quasiment le sifflet dans la bouche quand un attentat sur Flo Michel fait tout dérailler. S'ensuit une bagarre générale, qui se solde par quatre expulsions, dont deux rouges pour Michel et Bengriba.

Casse-tête pour la composition
« C'est le seul point noir car on perd deux joueurs importants alors que le résultat était acquis, peste le coach grenoblois. Flo Michel subit un méchant tacle, Bengriba se prend une droite et répond : c'est humain. Mais ils ont manqué de sang-froid et risquent d'écoper de quatre matchs. » Olivier Saragaglia, qui devra « cogiter sérieusement pour composer son prochain onze de départ », préfère néanmoins positiver : « Avec neuf points d'avance sur Toulon, 3e, même si rien n'est fait, il faudrait une catastrophe pour qu'on n'aille pas au bout. »

Le classement

Fréjus Saint-Raphaël, vainqueur à Nice, conserve 1 point d'avance sur le GF38. Tous deux ont fait le trou, Toulon, 3e, pointant à 9 longueurs des Grenoblois.