Corinne Lepage prône une « écologie du centre »

— 

« Lorsque le navire a été envoyé dans les récifs par son capitaine, il faut changer de capitaine et de cap. Changeons l'un et l'autre. » Avec cette métaphore du naufrage du Costa Concordia, appliqué au candidat Nicolas Sarkozy, Corinne Lepage a voulu marquer les esprits lundi. La candidate Cap21 à l'élection présidentielle, « écologiste du centre » comme elle se définit, a présenté son programme qui suit deux axes : « la réduction simultanée de toutes les dettes (budgétaires, écologiques, sociales et sanitaires) dans une perspective dynamique de création d'activité, d'emplois et de solidarité », et « le changement profond dans les modes de gouvernance en donnant à chacun le droit et le pouvoir de faire ».

« Mesures prioritaires »
Proposant « 70 mesures prioritaires », la candidate veut allier croissance économique et transition vers une société plus écologique. Elle vise notamment l'arrêt des constructions de centrales nucléaires, et propose de sortir de cette énergie d'ici « vingt à vingt-cinq ans », en augmentant parallèlement la part des énergies renouvelables. Pour financer son programme, Corinne Lepage table sur un arsenal de nouvelles recettes, notamment la réduction ou la suppression des niches fiscales et sociales « notées 0 » par la Cour des comptes. Elle égratigne au passage François Bayrou (candidat du MoDem à la présidentielle), son ancien allié, dont le programme est, selon elle, « daté de 1950 ». A propos d'Eva Joly, la candidate Cap21, avocate de formation, estime que « l'écologie a plus besoin d'une avocate que d'une juge ».Anne-Laëtitia Béraud