Le Combas de rock

Jérôme Pagalou

— 

Robert Combas va créer en direct peintures et clips durant deux mois.
Robert Combas va créer en direct peintures et clips durant deux mois. —

« Ma peinture, c'est du rock », clame Robert Combas. Le peintre initiateur de la figuration libre à la fin des années 1970 se voit consacrer une première rétrospective, à partir de vendredi, au Musée d'art contemporain de Lyon. Ce « Greatest Hits » regroupera plus de 300 œuvres dans les 3 000 m2 du Mac, dont certaines inédites réalisées sur place. Car le natif de Lyon sera durant deux mois dans un atelier-studio intégré au parcours de l'exposition, où il va peindre… et jouer de la musique.

Une œuvre complexe
« Plus que le rock, j'aime tout ce qui appartient à la chanson populaire, sauf celle de Michel Sardou ! », glisse Robert Combas. « Greatest Hits » compte aussi des salles thématiques sur les histoires d'amour, la religion, le Sud ou le sexe : trente-cinq ans de carrière aux « nombreux visages ». « Robert véhicule à la fois de l'énergie et de la sensibilité. Cette expo va tenter de prouver que son œuvre est complexe », précise le directeur du Mac Thierry Raspail. Se décrivant comme « un frimeur », Combas voit plus loin que le 15 juillet : « J'espère que la rétro n'est pas une fin car j'ai encore des choses à dire. Je pense avoir besoin de deux ou trois vies pour répondre à toutes mes envies… »

Pratique

« Greatest hits » ouvre vendredi au Mac (6e). Jusqu'au 15 juillet, Visites (6 ou 8 €) seront possibles de 11 h à 18 h du mercredi au vendredi et de 10 h à 19 h les samedis et dimanches.