des choix qui font mâles

Alexandre Sulzer

— 

Roger Karoutchi et Brigitte Kuster, la maire du 17e arrondissement.
Roger Karoutchi et Brigitte Kuster, la maire du 17e arrondissement. —

«UMP : parti anti-parité. » Brigitte Kuster, la maire du 17e arrondissement de Paris, est remontée contre son parti. Celui-ci a confirmé, lors de sa convention nationale samedi, qu'il privilégiait la candidature du député sortant Bernard Debré aux législatives. Dans les six circonscriptions parisiennes favorables à la droite, aucune femme n'a été investie. Au niveau national, le constat n'est pas plus réjouissant : seuls 28 % des candidats investis sont des femmes. Un taux très en deçà du PS où l'on frôle les 50 % d'investitures féminines. « Même le FN fait beaucoup mieux », se désole Brigitte Kuster, qui se présentera en dissidente.

Plus de risques de perdre
« C'est anormal d'avoir aussi peu de femmes », reconnaît volontiers Roger Karoutchi, membre de la commission d'investiture du parti. D'autant que l'UMP devra payer environ 4 millions d'euros d'amendes pour non-respect de la loi sur la parité. « Les députés sortants ont un droit de suite. S'ils ne sont pas atteints par la limite d'âge, il est normal qu'ils se représentent », poursuit celui qui précise que, dans les circonscriptions à conquérir, « il y a plus de femmes que d'hommes candidats ». Mais beaucoup plus de risques de perdre... « Je suis un peu triste qu'il n'y ait pas plus de femmes, reconnaît Nathalie Fanfant, secrétaire nationale de l'UMP, candidate dans une circonscription difficile. On fera mieux aux prochaines élections. »

prudence

En vue d'alliances, l'UMP n'a investi personne face à François Bayrou. Aucun candidat non plus face aux villepinistes Jean-Pierre Grand et Marc Bernier ni contre Jean-Frédéric Poisson, le poulain de Christine Boutin.