Une Japonaise tisse sa toile

— 

Infinity de Chiharu Shiota.
Infinity de Chiharu Shiota. —

Chiharu Shiota, artiste japonaise remarquée lors de son dernier passage à la Maison Rouge, tisse cette fois sa toile galerie Templon. Vingt-cinq kilomètres de fils de laine noire ont servi de matière première à une œuvre gigantesque qui envahit l'espace de la galerie dans sa diagonale et perd le visiteur dans sa forêt imaginaire.

Comme un cœur qui bat
« Quel que soit le lieu, je sais exactement ce que je veux. C'est l'espace qui me fait ressentir quelque chose », confie l'artiste née en 1972 à Osaka. Son fil, elle l'a tissée ici pendant trois jours pour un résultat qui tient autant de la caverne que du rêve. L'œuvre suspendue, agrafée aux murs et au sol par endroits, emprisonne deux ampoules qui s'allument et s'éteignent tour à tour. « La lumière est pour moi comme un cœur qui bat », raconte Chiharu Shiota, artiste discrète, mais hantée par le souvenir lointain d'un incendie. Depuis, elle enserre des objets, comme cette robe d'enfant dans Infinity, ou des instruments de musique, dans une œuvre angoissante et fascinante à la fois.Amalia Casado