Un effort demandé à « ceux qui ont beaucoup reçu »

— 

« Lucidité, volonté, justice et clarté. » Ces quatre mots cités, hier, par François Hollande résument ses 60 propositions – 50 de moins, donc, que les 110 de François Mitterrand. Parmi les principales idées de son programme, le candidat a hier beaucoup insisté sur les mesures économiques et fiscales, ri­gueur oblige.

Une nouvelle tranche d'impôt
D'abord, la modification de l'impôt sur les sociétés au profit des PME et des TPE (qui ne seraient plus imposées qu'à 15 %) au détriment des grandes entreprises (35 %). Ensuite, un effort serait demandé aux plus riches, « ceux qui ont beaucoup reçu pendant cinq ans », selon Hollande. Le socialiste aspire ainsi à créer une nouvelle tranche d'imposition à 45 % pour les revenus supérieurs à 150 000 € par part tout en abaissant le plafond du quotient familial pour les 5 % de ménages les plus aisés. Autre proposition d'importance : réformer le système bancaire français en séparant les activités de dépôt et d'investissement, « afin que l'épargne des Français soit protégée ». Enfin, Hollande a confirmé qu'il souhaite supprimer les stock-options, sauf pour les entreprises naissantes.
Hérésie pour l'UMP, le candidat PS a confirmé qu'il créerait 60 000 postes dans l'Education nationale sans augmenter le nombre total de fonctionnaires. Toujours en matière d'emploi, 150 000 emplois d'avenir seront réservés aux jeunes et 500 000 contrats de génération, idée phare de Hollande pendant les primaires, tenteraient d'inciter les entreprises à recruter des jeunes, tout en conservant un salarié plus expérimenté, en échange d'exonérations. Pas un mot en revanche sur les minima sociaux.
En ce qui concerne le fonctionnement de nos institutions, le président du conseil général de Corrèze désire accorder le droit de vote aux non-communautaires aux élections locales. « Il tient à montrer son caractère avec cette mesure », glisse un proche. Pour moderniser le pays, Hollande ouvrirait le droit au mariage et à l'adoption aux couples homosexuels.Matthieu GOar