Le vote blanc fait grise mine

Vincent Vantighem

— 

Stéphane Guyot est le seul candidat qui a prévu de démissionner s'il est élu.
Stéphane Guyot est le seul candidat qui a prévu de démissionner s'il est élu. —

De tous les candidats à l'Elysée, Stéphane Guyot est le seul qui a prévu de démissionner s'il venait à être élu. « Je n'ai ni la prétention ni les compétences pour être président ! » La seule obsession de cet agent immobilier de 42 ans est de faire reconnaître le vote blanc. Jusqu'ici, les bulletins blancs sont comptabilisés sans distinction avec les votes nuls. Stéphane Guyot propose donc de les recueillir sur son nom. « Et si je suis élu, j'organiserai de nouvelles élections avec interdiction pour les candidats battus de se représenter », confie-t-il.

Proposition de loi dans les tuyaux
Ce père de trois enfants n'est pas un illuminé. Il sait bien qu'il a peu de chances d'être élu. Il a même peu de chances de se présenter. A moins de cent jours du premier tour, il n'a recueilli que 63 promesses de parrainage sur les 500 nécessaires. Pas de quoi l'arrêter. Ce soir, il organise sa première réunion de campagne au café du Croissant à Paris où Francis Lalanne viendra même le soutenir. « Qu'on vote Bayrou, Le Pen ou Hollande, on aura le même président, confie le chanteur. Les électeurs doivent pouvoir dire que le choix des candidats ne leur convient pas. Guyot propose enfin une solution. » Il n'est pas le premier. Et sans doute pas le dernier. En dix ans, une trentaine de propositions de loi ont tenté de faire reconnaître le vote blanc. Sans succès. Jean-Jacques Urvoas, le député (PS) du Finistère, en a encore déposé une la semaine dernière. Sans trop d'espoir. « Le groupe socialiste a refusé de la défendre en son nom. Je suis donc seul à porter ce texte, regrette-t-il. Certains de mes collègues pensent qu'en autorisant le vote blanc, on risque de l'encourager. Ils ont peur d'être sanctionnés dans les urnes… » Pourtant, « le vote blanc ne profiterait qu'à la clarté des élections, estime le constitutionnaliste Guy Carcassonne, qui a rédigé la proposition de loi en question. Je pense que cela finira bien par se faire un jour. » Oui, mais sans doute pas d'ici au premier tour.

Le programme du parti du vote blanc

Stéphane Guyot réclame la mise à disposition de bulletins blancs dans les bureaux de vote. Surtout, il entend que les votes blancs soient comptabilisés et entrent en compte dans les suffrages exprimés. « S'il y a 50 % de blancs, l'élection serait invalidée. » La proposition de loi ne va, elle, pas aussi loin. Elle réclame la reconnaissance du vote blanc sans pour autant chambouler le mode de dépouillement et d'élection.