La Malterie distille du Red

Antoine Pecquet

— 

Red entouré de ses musiciens.
Red entouré de ses musiciens. —

A quarante-cinq ans, Olivier Lambin alias Red, en concert à la Malterie*, fait figure de vieux sachem du folk-rock lillois. Artisan méticuleux, il est l'auteur d'une poignée d'albums dont le superbe The Nightcrawler aka Red, enregistré dans sa cuisine avec des casseroles en guise de percussions. Et il peut se targuer d'une vieille amitié avec le mythique Bonnie Prince Billy. « Je suis allé jouer chez lui dans le Kentucky, berceau de la folk. Une musique qui compte, même si j'apprécie autant le blues, le free-jazz ou le funk ». Des influences que Red recycle dans des compositions finement ouvragées, assorties à sa voix unique, tremblante et cassée.

Blues picard
Polyvalent, Red a peint une à une les pochettes de son dernier album, tiré à cinq cents unités. « Vu l'état du marché du disque, faire de chaque exemplaire une œuvre d'art m'a semblé une bonne idée », dit-il. En attendant la sortie d'un triple album, dont une galette de blues en picard, Red est sur scène en vedette locale d'une soirée dédiée à des projets belges underground.