Les requêtes des avocats aux candidats

— 

L'occasion était trop belle pour Christian Charrière-Bournazel, élu le 14 janvier à la tête du Conseil national des barreaux (CNB), de faire entendre la voix des avocats dans la campagne présidentielle. A moins de trois mois de l'échéance électorale, l'ancien bâtonnier de Paris s'est déclaré prêt à « accueillir volontiers tous les candidats pour débattre ».
Il a rappelé le besoin de « renforcer les moyens de la justice », l'obligation pour l'Etat de « respecter l'autorité judiciaire sans interférence politique » et de « rompre avec la honte française du traitement pénitentiaire ». Fidèle à sa réputation d'homme engagé dans la défense des droits de l'homme, il a souligné l'importance pour le CNB de poursuivre son rôle de « sentinelle des libertés ». Sur la réforme de la garde à vue, « pas encore achevée », il faut selon lui aller plus loin : « Il est inadmissible qu'une personne convoquée par la police ne sache pas de quoi on l'accuse et ne soit pas accompagnée d'un avocat. »Lucie Romano