Duvillard prophète en son pays ?

Manuel Pavard

— 

Des centaines de fondeurs s'aligneront au départ de la Foulée Blanche, dimanche, à 10 h.
Des centaines de fondeurs s'aligneront au départ de la Foulée Blanche, dimanche, à 10 h. —

La Foulée des jeunes a donné hier le coup d'envoi de la 34e Foulée Blanche. Depuis 33 ans, la mythique épreuve de ski de fond a contribué à ancrer la réputation d'Autrans, « Mecque française du nordique ». « Ici, sur le plateau, c'est l'événement de l'année, confirme Robin Duvillard, originaire de Villard-de-Lans. Par rapport au circuit traditionnel de la coupe du monde, c'est vraiment une course à part, par son ambiance et la possibilité pour le grand public de pouvoir se mesurer aux champions. » A 28 ans, le fondeur isérois participera pour la première fois, dimanche, à l'épreuve-reine du 42 km, qui clôt traditionnellement la Foulée Blanche. « J'ai déjà couru le 20 km et plusieurs fois le 5 km quand j'étais gamin. Mais pour moi qui suis du Vercors, depuis tout petit, c'est la course de référence. »

12 ans d'insuccès isérois
Pour Robin Duvillard, l'objectif est clair : gagner. « J'ai toujours voulu inscrire la Foulée Blanche à mon palmarès. Et puis, ça fait 12 ans qu'un Dauphinois ne l'a pas remportée. Ce serait bien pour mon Team Grenoble. » La tâche s'annonce néanmoins ardue. « Le plateau est relevé. Il faudra compter sur Benoît Chauvet, le tenant du titre, mais je dirais qu'on est cinq à pouvoir prétendre au sacre. Le 42 km suppose une préparation spécifique, avec un effort beaucoup plus long que sur les 10 à 20 km de la coupe du monde. Après 15 premiers kilomètres assez plats, la victoire risque de se jouer dans la montée au plateau de Gève. Celui qui lâche dans cette bosse sera hors-jeu. »

Pour tous les âges et tous niveaux

Au programme, aujourd'hui : foulée des enfants ; demain : sprint libre ; samedi : 10 et 25 km classique ; dimanche : 5, 10, 20 et 42 km libre. Grosse nouveauté cette année, le Subaru Nordic Challenge, circuit national de la FFS avec, vendredi, un sprint dans les rues d'Autrans réunissant les 200 meilleurs fondeurs et, samedi, le 25 km classique.