« Un effort considérable à faire »

— 

Dominique de Villepin était hier l'invité de l'émission « Mardi politique » sur RFI, en partenariat avec Le Point et 20 Minutes. Interrogé sur la perte du triple A, l'ancien Premier ministre a insisté sur « l'effort considérable à faire » pour sortir le pays de la crise, dont « un tiers doit être supporté par les ménages les plus aisés, un tiers par les grandes entreprises et les banques, et un tiers par le reste de la communauté nationale ». Il propose d'agir sur plusieurs leviers, dont le passage du temps de travail de 35 à 37 heures, et la diminution du coût du travail via la TVA sociale. Récusant tout « antisarkozysme », il a fustigé « l'échec » de la politique du chef de l'Etat, puis plaidé pour que le prochain président ne soit pas issu d'un parti. « La politique n'est pas de droite, de gauche ou du centre », a assuré celui qui se pose comme le candidat d'aucune formation politique. Que fera-t-il au second tour tour de la présidentielle ? « Il ne faut pas anticiper avant le premier tour », a-t-il botté en touche. Villepin a par ailleurs mis en garde les Français tentés par le vote FN : « C'est eux qui paieront l'addition d'une telle politique », a-t-il expliqué, car « l'élite mondialisée, elle, n'a rien à craindre ».F. V.