le capitaine en résidence surveillée

Armelle Le Goff avec Reuters

— 

Le capitaine Francesco Schettino, hier à Grosseto (Italie).
Le capitaine Francesco Schettino, hier à Grosseto (Italie). —

Al'issue de trois heures d'interrogatoire, la justice italienne a décidé hier soir de placer en résidence surveillée le capitaine du Costa Concordia. Il est soupçonné d'homicide multiple par imprudence, naufrage et abandon de navire.

« Retournez à bord »
De fait, vendredi soir, Francesco Schettino ne s'est illustré ni par ses talents de navigation, ni par son courage. Le Corriere della Sera affirme qu'il se serait délibérément approché des côtes du Giglio, au risque du naufrage, pour « faire plaisir au chef des serveurs de son bateau ». Pire, il a quitté le paquebot parmi les premiers, refusant à la capitainerie du port de Livourne de remonter à bord, ainsi que le révèle la conversation publiée par le quotidien italien. « Ecoutez Schettino, vous vous êtes peut-être sauvé vous-même de la noyade, mais je vais vous faire beaucoup de tort. Vous allez me le payer. Bon sang, retournez à bord ! », lui a ordonné l'officier de la capitainerie. Franceso Schettino n'est jamais retourné sur le navire. Hier, Me Frédéric Casanova, avocat de deux passagers français, a annoncé avoir déposé une plainte au pénal contre Costa Croisières, estimant que « c'est au croisiériste de vérifier qu'il achemine correctement ses passagers [...]. C'est trop facile de dire : “Le commandant fait tout.” »
Par ailleurs, cinq nouveaux corps ont été retrouvés hier dans l'épave. Leur nationalité n'était pas connue hier. Cette découverte porte à onze le nombre de personnes décédées dans le naufrage. Le bilan pourrait s'alourdir, vingt-quatre personnes manquant toujours à l'appel.