à Grenoble, les absents n'ont pas toujours tort

Manuel Pavard

— 

Samedi, à Vénissieux, le GF38 a signé un troisième 0-0 consécutif. De là à y voir un léger coup de mou du leader, il n'y a qu'un pas. Pourtant, Olivier Saragaglia préfère positiver. « Sur ces trois nuls, je n'en regrette qu'un, face à Aubagne. A Vénissieux, il nous manquait quatre joueurs et Chergui et Villard n'étaient pas à 100 %. Ce n'est pas un mauvais résultat, je suis même plutôt satisfait. » Le retour de Fréjus Saint-Raphaël, revenu à un point, n'inquiète pas non plus outre mesure le coach grenoblois : « Pour la 1re place, il faudra se méfier, mais pour la montée, on a encore neuf points d'avance sur Toulon (la réserve de Fréjus ne peut pas monter). »

Deux renforts en vue
Quant aux trois matchs sans marquer, ils ne soucient pas vraiment Olivier Saragaglia. « L'absence de Lebbihi nous a beaucoup pénalisés, mais on va bientôt récupérer tout le monde. On pourra repartir sur de bonnes bases et retrouver le chemin des filets. » L'entraîneur isérois sait surtout que deux recrues sont sur le point d'arriver. « Arold Belladon va signer en début de semaine et devrait être qualifié pour Chambéry. Il présente un profil intéressant au milieu, car il peut jouer sur les côtés ou dans l'axe. Et puis, normalement, un latéral droit d'expérience, comptant plus de 200 matchs en Ligue 2, devrait nous rejoindre. Ce sera confirmé aujourd'hui ou demain. » Avec la prolongation de deux ans de Lebbihi, le GF38 dispose d'un groupe solide. « Je ne recrute que des joueurs pouvant évoluer deux ou trois saisons avec nous et s'inscrivant dans le projet CFA. »

« L'affaire furiani »

Le match opposant les U19 de Furiani et du GF38, ce week-end, a été arrêté à la 72e minute, sur décision du staff grenoblois, après des insultes et agressions de la part des supporters locaux envers les Isérois. La Ligue décidera du sort de la rencontre.