« Ruy Blas » en hommage à un théâtre national et populaire

— 

Jérôme Kirchner en Don César.
Jérôme Kirchner en Don César. —

Ruy Blas, c'est le « ver de terre amoureux d'une étoile », c'est le « Bon appétit, messieurs !», et c'est, surtout, dans la mise en scène de Christian Schiaretti le Don Salluste incarné par Robin Renucci et le Don Cesar joué par Jérôme Kirchner. Renucci effraie dans le rôle du grand seigneur cynique et Kirchner détend et amuse dans celui du noble encanaillé. Ecrit en 1838 par Victor Hugo, la pièce raconte la vengeance de Don Salluste contre la reine d'Espagne. Vengeance dont le maître-pion est Ruy Blas, valet de Salluste.

Le grand vent hugolien
La pièce a été montée en novembre pour la réouverture du TNP de Villeurbanne parce que, explique Christian Schiaretti, « les trois mots, “théâtre”, “national” et “populaire” ont été réunis et définis pour la première fois par Victor Hugo, en 1830, dans la préface de Manon de Lorme. Je revendique le grand vent hugolien, la grande utopie hugolienne et le manifeste théâtral que dessinent ces trois mots mis ensemble ». Voilà, c'est un peu grandiloquent, mais le sens est quand même noble. Un peu comme Ruy Blas.Alice Coffin