Le double effet nantais de l'Orchestre national de jazz

— 

L'Orchestre national de jazz.
L'Orchestre national de jazz. —

Deux concerts en deux soirées, le public nantais va pouvoir savourer le talent de l'Orchestre national de jazz. Une formation assemblée par son directeur depuis trois ans, Daniel Yvinec : « On a monté un orchestre de toutes pièces, avec des gens qui ne se connaissaient pas. L'idée était de débuter une nouvelle aventure, je voulais créer un orchestre mutant qui puisse affirmer une identité particulière. » L'ONJ jouera donc deux spectacles différents. D'abord, Shut up and dance, à Onyx : « Le point de départ du projet était de réfléchir sur ce qui génère le mouvement chez celui qui écoute, explique Daniel Yvinec. Que ce soit une danse intérieure, juste un orteil ou le corps tout entier. » Un spectacle rodé, au contraire de l'hommage à Astor Piazzolla, créé par l l'ONJ au bout d'une résidence de dix jours au Pannonica. « C'est un compositeur d'une extrême sophistication, mais très populaire, on trouve ses disques dans les aéroports… L'idée est d'ailleurs née dans un aéroport. C'est une sorte de voyage autour du monde de Piazzolla. »J.R.