Une autre façon de voir

Julie Millet

— 

Des troupes venues de toute l'Europe participent au festival.
Des troupes venues de toute l'Europe participent au festival. —

C'est la rencontre entre les arts de la scène et des nouvelles technologies, mais sans fascination pour le gadget. Le festival Des souris et des hommes, porté par le Carré-Les colonnes montrera pendant trois semaines les nouvelles écritures scéniques et des spectacles venus de toute l'Europe.

Le public participe aussi
« Nous privilégions les formes hybrides, combinant plusieurs disciplines comme la danse, les arts plastiques ou la vidéo », explique Sylvie Violan, la directrice du Carré. « L'objectif est de réfléchir sur la place de l'homme dans tout ça. » Comme dans Les fuyantes mis en scène par Camille Boitel, où cinq danseurs acrobates évoluent dans un décor urbain qui change par une illusion d'optique.
Les propositions participatives sont aussi appréciées parle festival avec par exemple Le sacre du printemps vu par l'espagnol Roger Bernat. A partir d'une chorégraphie de Pina Bausch, le metteur en scène place le public au cœur du spectacle, dans une version interactive. Très ludique.
A ne pas manquer également, le nouveau prodige de la danse flamenco Israël Galvan dans Je suis venue.

Installations

Six installations sont proposées gratuitement au Carré. Une joute numérique et musicale pour manettes de jeu, une surface d'eau qui devient support d'écriture ou un jeu sur le thème de Big Brother, de quoi s'amuser avant de danser à l'IBoat.