Le Montpellier Hérault a de la Réserve

Nicolas Guyonnet

— 

Le jeune international espoir Rémy Cabella a bien assuré le rôle de meneur de jeu.
Le jeune international espoir Rémy Cabella a bien assuré le rôle de meneur de jeu. —

Le Montpellier Hérault redémarre le championnat sur de bonnes bases. Après les trois matchs sans victoire du mois de décembre, les joueurs de René Girard ont battu Lyon (1-0), samedi sur leur pelouse. Ce Montpellier version 2012, sans ses quatre titulaires africains partis à la CAN, a belle allure. « On ne pouvait pas espérer mieux pour se remettre en confiance. J'ai bien trouvé mes partenaires et j'ai eu de bonnes récupérations », se réjouit le milieu défensif Benjamin Stambouli.
Pour le jeune milieu de terrain Rémy Cabella, en charge de suppléer Younes Belhanda, « on a fait une prestation convaincante et on a fait ce qu'il fallait. C'est rassurant pour moi. Il faut que je continue et que je ne me relâche pas. Je dois m'habituer à connaître le haut niveau. »

Les jeunes assurent
la relève
Stambouli, Cabella en nouveaux titulaires et Koita et Ait Fana en remplaçants de luxe, la jeunesse du centre de formation a séduit le public, et l'entraîneur René Girard. « Benjamin Stambouli a fait un match remarquable. Rémy Cabella a vraiment pris le jeu à sa charge avec un rayonnement superbe sur le plan technique. Enfin, le retour de Karim Ait Fana fait du bien à tout le monde, il a de beaux restes et il va nous apporter un peu plus », liste le tacticien héraultais. La relève est bien là.
Le MHSC lance bien sa série de cinq matchs en un mois.« On a mérité cette victoire. On a des joueurs de qualité et tout le monde a su tenir son rôle. C'est important de pouvoir compter sur tout le monde avec un mois qui s'annonce chargé », insiste René Girard.
Et même si le Paris Saint-Germain reste leader de Ligue 1, avec cette victoire, Montpellier fait le trou sur ses adversaires directs pour la qualification à l'Europe, qui devient un objectif affiché. « On prend encore des points qui nous donnent plus d'ambitions, lâche Stambouli. Les premières places nous font rêver. Et on veut se donner les moyens de continuer à rêver. »