Charles-Antoine Brézac trop juste pour l'Australie

— 

Ils ne seront que deux Bretons (Romain Jouan et Ludovic Walter) à participer, aujourd'hui, au début des qualifications de l'Open d'Australie (16-29 janvier). Un troisième larron aurait pu s'inviter à la fête, en l'occurrence Charles-Antoine Brézac. Mais le Rennais, victime d'une fracture du scaphoïde (os du poignet) le 3 octobre 2011, a dû se « rendre à l'évidence », malgré une reprise courant décembre. « C'est un moment difficile à vivre, avoue-t-il sur le site Rue89. Les Grand Chelem sont de véritables bains de fraîcheur pour les joueurs qui ne goûtent pas aux avantages des stars sur le circuit. C'est avec envie et frustration que j'entends les autres organiser leurs voyages, parler de leur escale à Nouméa, avant Melbourne. » Il est vrai que le programme de celui qui avait commenté le dernier Open de Rennes, autrement dit la rééducation, s'avère nettement moins excitant. « 45 minutes d'exercice du poignet par jour, parfois jusqu'aux larmes tellement la douleur est vive. »j. g.