Quart de finale de la Coupe de France : les dirigeants rennais ont déposé leur recours, sans grand espoir...

— 

Les partenaires de Sébastien Frangolacci pensaient bien recevoir Toulouse, le 24 janvier, comme le tirage au sort pré-établi le supposait. C'était sans compter sur « un blanc dans le règlement », décrété du jour au lendemain par la LNV. Conséquence : le match aura finalement lieu dans le Sud-Ouest. A moins que la réclamation, portée conjointement par Rennes, Tours et Harnes (autres formations lésées) devant le Comité national olympique et sportif français, n'en décide autrement. Même si Thibault Mativet se montre dubitatif à ce sujet. « On attend désormais la convocation du CNOSF [le recours a été déposé lundi]. De là à ce que la Ligue admette son erreur, je n'y crois pas trop. » Le co-président a vraiment de quoi être « passablement énervé » en ce moment, car cette affaire s'ajoute à celle des restrictions de place, imposées par la Confédération européenne pour la rencontre face à Zagreb.j. g.