un rival contre qui ce sera « normalement très facile »

jeremy goujon

— 

Jenia Grebennikov (en blanc) et les Rennais jubileront-ils de nouveau après la réception du Mladost Zagreb, ce soir ?
Jenia Grebennikov (en blanc) et les Rennais jubileront-ils de nouveau après la réception du Mladost Zagreb, ce soir ? —

Après s'être débarrassé sans problème des Slovaques d'Humenné (6-1 sur l'ensemble des deux matchs), pour ses débuts sur la scène continentale, le Rennes Volley 35 accueille ce soir (20 h) un grand nom en perdition. Multiple champion de Yougoslavie, puis de Croatie, auteurs de doublés nationaux à foison, le Mladost Zagreb n'est plus l'ogre qu'il était, selon Ratko Peris. Depuis Cambrai (dont il est l'entraîneur), l'ancien joueur du REC (1999-2002) constate ainsi la « faiblesse » d'une équipe qui jadis, possédait « tous les meilleurs joueurs » du pays. Mais qui, au fil du temps, a dû se résoudre à les vendre (notamment en Italie), en raison de « gros problèmes d'argent. A 20 ans, si un gars sort du lot, il est obligé de partir. C'est la triste vérité, là-bas. » Ayant échoué dans sa quête d'une énième Coupe de Croatie, à Noël – « une compétition qu'il a pourtant l'habitude de gagner » – le Mladost se présenterait fortement diminué à la salle Colette-Besson. « J'ai pris des nouvelles par téléphone, explique Peris. Ils n'ont pas de passeur [celui-ci serait blessé], et un élément comme le réceptionneur Darko Nojic, passé par Vannes, doit jouer en pointe. Dans ces conditions, ça va être très facile pour les Bretons, normalement. » Au jeu des pronostics, l'ex-international croate a en tout cas fait son choix. « Je vote pour vous (sic). Je suis très heureux de la progression de Rennes. Déjà, à mon époque, on sentait que ça avançait dans la bonne direction. J'y ai passé trois superbes années, alors du coup, c'est un peu le club de mon cœur. J'espère le voir un jour en Ligue des Champions. » Un souhait que Boris Grebennikov doit sûrement partager.