Estrosi veut réindustrialiser la France

— 

Ne lui parlez pas de « coups politiques ». Qu'elles soient défendues par la gauche (la taxe Tobin) ou par le patronat (la TVA sociale), les nouvelles idées économiques de Nicolas Sarkozy n'ont rien à voir avec la campagne présidentielle. Elles viennent simplement d'un président « en fonction jusqu'au bout », « qui fait face à la crise » et qui est « le mieux placé pour défendre les ouvriers ». C'est ce qu'a assuré le député-maire UMP de Nice, Christian Estrosi, hier, à « Mardi politique » sur RFI, en partenariat avec Le Point et 20 Minutes. L'ex-ministre de l'Industrie y « croit » : le Président réussira à entraîner dans son sillage des partenaires européens pour lancer une taxe sur les transactions financières. S'il n'a pas le temps avant la présidentielle, au moins aura-t-il pris « une position claire » pour l'après… Face à un François Hollande prêt à prendre la mesure « la plus antipopulaire qui soit » avec une modulation du quotient familial, Christian Estrosi répond « baisse du coût du travail » et retouches sur les 35 heures pour « réindustrialiser la France ».G. W.