« s'il le faut, je marquerai sans hésitation de la main »

recueilli par jeremy goujon

— 

On le dit courtisé par Lille, en vue de la saison prochaine. Avec neuf buts au compteur (toutes compétitions confondues), Jirès Kembo est en attendant le meilleur buteur du Stade Rennais. Et il ne compte pas s'arrêter là, quitte à enfreindre la loi.

Après avoir ouvert le score samedi, contre Nancy (3-0), vous auriez pu ajouter d'autres réalisations…
Oui, mais j'ai bien aimé mon match. D'abord parce que je l'ai joué dans son intégralité, et puis parce que je me suis créé des opportunités. On me l'a toujours dit : « Quand un attaquant arrive à se procurer des occasions, ça veut dire qu'il est sur la bonne voie ». Donc, sur le plan personnel, j'étais plutôt content.

On a comme l'impression que vous ne marquez que de beaux buts. Votre credo, c'est d'allier l'esthétisme à l'efficacité ?
Le plus dur dans le foot, c'est de marquer, peu importe la manière. S'il le faut, je le ferai de la main. Je n'hésiterai pas, et si l'arbitre ne siffle pas…
En cette période de mercato, que pensez-vous des rumeurs à propos du secteur offensif, notamment l'éventuelle arrivée d'Erding…
Rien de spécial. Je connais un peu « Mev ». S'il venait, je l'accueillerais à bras ouverts. Il nous ferait du bien devant. Il peut nous apporter et nous faire grandir. Mais Rennes a déjà de bons attaquants, et je pense en particulier à Victor [Hugo Montaño], dont le travail n'est pas assez reconnu. Certes, il n'a pas été en réussite ces derniers temps, mais ce qu'il fournit pendant les matchs, dans la combativité, c'est énorme.

Alors que les départs à la CAN de Pitroipa et d'Hadji vont faire de vous l'atout numéro un de l'attaque rennaise, vous n'auriez pas peur d'une nouvelle concurrence ?
Vous savez, ça va faire plus de sept ans maintenant que je suis au Stade Rennais, où j'ai connu les Frei, Utaka, Sow… De ce côté-là, je pense être blindé.

bastia apporte des précisions sur le cas diallo

Soumis à une interdiction de recrutement (dixit la DNCG), les dirigeants du club corse ont tenu hier matin à clarifier la situation de Sadio Diallo. Par la voix de leur président Pierre-Marie Géronimi, ils ont déclaré que « rien ne (nous) empêche de le transférer à Rennes, mais si on signe maintenant, il ne pourra pas terminer la saison avec nous [sous la forme d'un prêt]. » Le joueur guinéen ne rallierait alors les bords de la Vilaine qu'au mois de juin.