lE GOUVERNEMENT corrige SA COPIE

Armelle le Goff

— 

Les « malentendus » vont être corrigés.
Les « malentendus » vont être corrigés. —

Après plusieurs mois de polémique, le gouvernement a finalement accepté de réviser sa copie concernant les étudiants étrangers. Il s'est engagé hier à diffuser, dès la semaine prochaine, une « instruction aux préfets » pour corriger les « malentendus » de la circulaire du 31 mai, dont le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, était l'instigateur.
Le texte initial demandait aux préfets d'examiner, « avec rigueur », les demandes d'autorisation de travail des étudiants étrangers en France. Du coup, un certain nombre de ces resortissants, parfois très qualifiés, n'ont pu obtenir de travailler en France.
Mais la circulaire complémentaire ne concerne, selon le gouvernement, que les diplômés « de niveau au moins égal au master 2 ».
« L'objectif est d'avoir une instruction aux préfets qui soit uniquement sur le sujet des étudiants étrangers à haut potentiel », a ainsi déclaré Laurent Wauquiez, hier sur RTL.
Par exemple, « une entreprise française qui veut se développer en Chine, en Inde, au Brésil, elle a identifié un étudiant qui est venu étudier chez nous, qui connaît bien ces pays parce qu'il en est originaire, ça peut l'aider à développer sa compétitivité et percer sur ces marchés, on autorisera l'étudiant étranger à travailler dans cette entreprise. Voilà un cas précis, simple, visé dans l'instruction », a détaillé le ministre de l'Enseignement supérieur.
Le syndicat étudiant Unef dénonce une logique du « cas par cas », qui prime sur l'établissement de règles claires garantissant les mêmes droits pour tous.

chiffres

58 419 étudiants venant de pays non-européens auraient été accueillis en France au cours des onze premiers mois de l'année 2011, contre 50 656 en 2009, selon le gouvernement.