tous les espoirs sont permis à rennes

jeremy goujon

— 

Après avoir terminé l'année 2011 sur une bonne note (victoire 1-0 face aux Girondins de Bordeaux), le Stade Rennais Football Club figure à mi-parcours dans le Top 5 de la Ligue 1. « Que l'équipe soit en haut de la hiérarchie, c'est assez légitime », juge Pierre Dréossi. Le manager général est revenu pour nous sur le mois écoulé, tout en évoquant le mercato hivernal des Rouge et Noir.

Décembre et ses complications. « Quand à dix jours d'intervalle, vous perdez à Nice, qui était 19e, et chez le dernier [Ajaccio], tout en ne prenant qu'un point contre Brest, il est légitime d'être inquiet. Ces résultats ne sont pas en adéquation avec ce que nous pouvons faire. Sur le moment, j'étais donc pessimiste. Mais avec la trêve, les joueurs auront récupéré, à la fois moralement et physiquement.  »

L'élimination en Ligue Europa. « On aurait dû mieux faire. Les résultats des premiers matchs n'ont pas été à la hauteur, alors qu'on a fourni de belles prestations. Sans vouloir chercher d'excuse, il faut aussi dire que notre poule ressemblait plus à un groupe de Ligue des Champions qu'autre chose. Pour progresser, il va falloir se qualifier à nouveau, et le plus vite possible. Si on ne le fait que dans trois ou quatre ans, les leçons risquent de ne pas avoir été retenues. »

Erding, Diallo & co. « Ce serait dommage, une fois arrivé en hiver, de ne plus s'intéresser à un élément qu'on suivait durant l'été, alors qu'il joue toujours très peu au PSG. Maintenant, je ne sais pas si nous avons la capacité de le faire venir ici. Concernant l'attaquant bastiais, il n'y a pour l'instant rien de chaud, ni de froid. D'autre part, on a perdu deux gauchers au niveau offensif, récemment [Thomert et Marveaux]. Ça peut être une piste de réflexion dans les heures à venir. »

Le SRFC et le Top 3. « On flirte de plus en plus avec le podium. La saison dernière, on a longtemps été dessus, et puis il y a eu une baisse de régime. Nous provoquons déjà une certaine frustration, et ça, c'est le début de l'espoir. Dès qu'on est classés au-delà de la 5e place, les journalistes ou les supporters se font entendre. »