vainqueur avec panache, le mhr confirme son embellie

Gwenaël Cadoret

— 

Fulgence Ouedraogo, guide du MHR.
Fulgence Ouedraogo, guide du MHR. —

Toulouse, c'est déjà du passé. C'est ce qu'il faudra retenir de la victoire de Montpellier contre le Racing-Métro, samedi (29-14).
En s'imposant avec la manière face à un concurrent direct pour les phases finales, les joueurs du MHR ont prouvé que leur déroute de Noël face à l'armada toulousaine (25-45) n'était qu'un accident. Et qu'ils pouvaient retrouver leur punch de la saison dernière.
« On est tombé sur une équipe de Montpellier de haut niveau, qui nous a été supérieure », a reconnu Juan-Martin Hernandez, emblématique arrière du Racing. Un vrai hommage.

Des valeurs retrouvées
Marquer quatre essais, ce n'était arrivé qu'une fois aux Montpelliérains depuis le début de la saison (à Biarritz le 4 décembre). Avec cette quatrième victoire en cinq matchs, l'embellie du MHR se confirme grâce notamment au retour de Fulgence Ouedraogo, dont on a pu mesurer une nouvelle fois l'impact sur ses coéquipiers. Avec lui, l'équipe est transfigurée, et le jeu devient plus fluide, plus tranchant. « On a retrouvé nos valeurs », concède le capitaine de Montpellier, auteur d'un essai.
Toujours huitième, le MHR revient à 3 points de la sixième place qualificative pour les phases finales. François Trinh-Duc préfère l'occulter. « Je ne sais pas si on peut parler de qualification. Mais on a retrouvé Montpellier comme on l'aime. Des fois, c'était un peu n'importe quoi. On a produit du jeu, on a montré du cœur. On est content de finir l'année comme ça. » 2012 s'annonce bien.

Didier Bès savoure

Si l'entraîneur adjoint regrette la perte du bonus offensif dans les ultimes secondes, il apprécie la réaction de ses joueurs. « Le bonus, c'est dommage, car tous les points comptent. Mais on s'est rassuré après Toulouse. On a retrouvé le sourire. »