Un dernier tour de piste

Mélanie Carpentier

— 

La structure scénique a été conçue par la compagnie Royal de Luxe.
La structure scénique a été conçue par la compagnie Royal de Luxe. —

Les Ogres de Barback, c'est 12 albums, 600 000 exemplaires vendus, quelque 2 000 concerts et ce, depuis plus de dix-sept ans… Pour l'actu immédiate, la fratrie débarque sur la scène de l'Olympia, ce soir et demain, pour fêter la fin d'une tournée gargantuesque dédiée à leur dernier album, Comment je suis devenu voyageur.

La fabrique à chansons
On connaissait leur penchant pour les chapiteaux, marionnettes, grues et autres installations singulières. Cette fois, ils déploient leur fabrique à chansons. Soit une structure métallique de quatre mètres, conçue par la compagnie Royal de Luxe, qui se module à l'envi, s'habille d'écrans et multiplie les possibilités d'apparitions. Bilan : les Ogres sont partout. Et leurs instruments aussi. Orgue de barbarie, violoncelle, cuivres ou scie musicale vadrouillent entre les univers musicaux. Chanson française, rock, électro, rap, musique tzigane, andalouse… Impossible de coller une étiquette à cette bande-là. Et tandis que résonnent leurs textes poétiques et militants, échasses, acrobates, jeux d'ombre, vidéos et surprises en tout genre s'invitent à la fête. Les Ogres transforment la scène en terrain de jeux et font, plus que jamais, de la musique, un art vivant.

Pratique

De 27,50 € à 29,70 €. Ce soir et demain à l'Olympia, 9e. www.olympiahall.com.