A la recherche des valeurs perdues

— 

Cesson n'avait encore jamais subi une telle série. Trois défaites d'affilée, avec à chaque fois plus de 30 buts encaissés, une nouveauté dont se serait bien passé David Christmann. Le coach des Irréductibles estime que son équipe a « besoin de se rassurer défensivement », un domaine ayant pourtant fait la réussite du club breton ces dernières années. L'entraîneur lui-même ne s'attendait pas à de telles difficultés, avant l'entame de la saison. « Le projet initial plaisait aux joueurs. La défense 1-5 de zone convenait notamment à notre pivot Ben Amor. La première journée [succès face à Tremblay 25-22] a d'ailleurs validé ces choix-là. » Sauf que Nantes, Nîmes et Toulouse (en Coupe de la Ligue) ont depuis transpercé, plus que de raison, l'arrière-garde cessonnaise. Ce soir (20 h 30) à Dunkerque – « un club qui finira dans les 4 premiers » –, Christmann « va voir si [on] s'est amélioré », contre une formation « à vocation offensive. Même avec les absences de Bosquet et Lamon, ça reste une belle machine. Mais sur un seul match, je reste persuadé qu'on peut les battre. »j. g.