l'appétit vient en mangeant pour les ambitieux bretons

jeremy goujon

— 

Les Rennais ont étrenné leur nouveau maillot lors de la présentation d'hier.
Les Rennais ont étrenné leur nouveau maillot lors de la présentation d'hier. —

Après avoir accompli la meilleure saison de son histoire l'an passé (5e du championnat, demi-finaliste de la Coupe de France), le Rennes Volley 35 se sait attendu au tournant. Ayant franchi un palier, le club breton entend assumer son nouveau statut. « C'est le seul inconvénient, plaisante le co-président Thibault Mativet. On ne pourra pas annoncer des objectifs inférieurs à ce qu'on a fait en 2011. »

Démarrer pied au plancher
A ce sujet, les joueurs de Boris Grebennikov seront vite fixés, eux qui s'apprêtent à disputer neuf rencontres en un peu plus d'un mois. Un calendrier dantesque auquel il va falloir s'adapter, tout en arrivant à créer les automatismes. « On n'a pu faire que quatre entraînements tous ensemble, déclare le coach, en référence aux internationaux concernés par l'Euro. Il va encore nous falloir deux ou trois semaines de rodage pour être au top. Mais comme l'équipe est plus forte, ce délai peut diminuer. » Avec ses quatre recrues prometteuses (Vadeleux, Repak, Lamoise et Weyl), Rennes a effectivement le profil de l'outsider n°1 derrière les habituels favoris de la Ligue A (Poitiers, Tours). Vendredi soir (20 h), il s'agira déjà de ne pas se rater contre Montpellier.