Un GVUC aux dents longues

Manuel Pavard

— 

Le GVUC dispose cette saison d'un effectif plus restreint mais mieux armé.
Le GVUC dispose cette saison d'un effectif plus restreint mais mieux armé. —

En prenant les rênes du GVUC il y a un an, Claudio Zulianello nous avait confié ses ambitions : « améliorer l'équipe techniquement et collectivement la première saison, puis viser la montée en Nationale 1, celle d'après. » S'il n'a pas totalement réussi son pari lors de la saison 2010-2011, plutôt moyenne, le coach argentin ne manque pas d'atouts pour remplir la deuxième partie du contrat. Invaincus en préparation, les Grenoblois ont ainsi débuté le championnat de N2 par un net succès contre Toulon (3-0), samedi.

Deux renforts de choix
« On sort d'une saison de transition, avec de nouveaux entraîneurs qui avaient dû composer avec le collectif existant, souligne le manager Bruno Leportier. Cette année, ils ont pu choisir leur effectif. » Pour Claudio Zulianello, ce groupe, plus restreint, « a les moyens de viser la montée : on a improvisé et privilégié une solution interne avec Yannick Desgranges comme nouveau libero. Mais on a recruté deux grands joueurs en allant chercher le Macédonien Nenad Dimitrieski à Vigo et le Bulgare Petko Kolev à Toulon. » Le coach du GVUC, qui cite Agde, Toulouse et Castres comme principaux adversaires, n'a pas abandonné son rêve : « redonner ses lettres de noblesse au volley grenoblois. »

Cap au sud-ouest

Le GVUC va enchaîner deux déplacements délicats dans le Sud-Ouest : à Puygouzon-Castelnau samedi et à Pau dimanche 9 octobre.