Cesson toujours maudit contre le voisin nantais

— 

Jamais, depuis un déplacement victorieux à Toulouse (26-33, le 28 février 2010), l'attaque cessonnaise ne s'était montrée aussi prolifique loin de ses bases, en D1. Cela n'a pourtant pas suffi à faire chuter le H (surnom de la formation nantaise), samedi soir (35-33). « On est passés au travers défensivement, avoue le capitaine Romain Ternel. Ça faisait longtemps qu'on n'avait pas pris autant de buts. » Auteurs d'un bon début de match (5-7, 10e), les joueurs de David Christmann ont commencé à décliner, dès lors que leurs adversaires reprirent les choses en mains. « A 9-7, c'est comme si c'était la fin du monde. On a eu quelques sursauts d'orgueil par la suite, mais ils étaient plus forts que nous. » Au bout du compte, l'OCC concédait sa cinquième défaite d'affilée contre son meilleur ennemi. Pas de quoi en faire un complexe pour autant. « Sur le terrain, ce sont des humains, comme nous. Après, les gens essayent de comparer Nantes et Cesson, mais le décalage est tel... », conclut Ternel.j. g.