trouver les clés pour vite repartir

Nicolas Guyonnet

— 

Galthié : « On ne travaille pas pour réaliser des prestations comme ça. »
Galthié : « On ne travaille pas pour réaliser des prestations comme ça. » —

Ce début de semaine va être l'occasion de tout recadrer du côté du stade d'entraînement Yves du Manoir. Après le flop de samedi contre Brive, le travail de la semaine pour le trio Galthié-Béchu-Bes sera de redonner confiance à un groupe en construction et déjà blessé dans son orgueil. Il s'agit de rebondir dès les deux déplacements consécutifs délicats au Stade Français et à Perpignan, avec une équipe toujours privée de 21 joueurs (mondialistes et blessés).
Mais comment? « Pour le moment je n'ai pas les clés. Ce n'est pas une solution de redoubler d'intensité à l'entraînement. Entre les jeunes et les joueurs qui viennent d'arriver, ce n'est pas encore une équipe. On est très fragiles et toujours pas en place », concède Fabien Galthié. Unanimement, staff

et joueurs veulent « vite oublier

ce match », et réagir. L'entraîneur confie : « J'ai prévenu les joueurs qu on allait vivre des moments difficiles et qu'il faut se regrouper. »
Pour son acolyte Eric Béchu, « on va voir comment rebondir. Les qualités humaines apparaissent quand on est en difficulté. C'est là qu'on voit les gens qui arrivent à réagir et ceux qui lâchent. »
Du côté des joueurs, cette seconde défaite est un grand coup derrière la tête. La désorganisation de l'équipe sur le terrain et les nombreux ratés « sont une accumulation d'erreurs individuelles. Tout ça, c'est dans nos têtes. C'est dans la difficulté qu'on retrouve des hommes et une grande équipe. Il ne faut pas se désunir mais rester soudés. On doit se remettre dans le droit chemin en pensant aux bases du rugby. Le moteur de nos matchs, c'est l'envie et beaucoup de cœur que l'on doit mettre dans nos duels », prévient Julien Tomas.
Une leçon qui va servir aux joueurs comme base de travail « pour se resserrer. On ne peut pas plus toucher le fond qu'aujourd'hui. On essaie de trouver une bonne cohésion, mais ça ne suffit pas. On doit travailler plus avec nos deux matchs difficiles qui nous attendent. »
Le staff montpelliérain avait prévu un début de saison délicat avec l'absence de nombreux internationaux et les blessés, « mais pas à ce point ». Les points lors des deux prochains déplacements au Stade Français et à Perpignan coûteront cher au MHR, la révélation de l'année dernière.