rennes, vingt-quatre heures chrono

pierre-arnaud bard

— 

Estimé à huit millions d'euros, comme Erding, le Brestois Nolan Roux est une des pistes explorées par Rennes.
Estimé à huit millions d'euros, comme Erding, le Brestois Nolan Roux est une des pistes explorées par Rennes. —

Alors que le marché des transferts ferme officiellement ses portes à ce soir à minuit, le Stade Rennais est lancé dans une course contre la montre pour tenter d'enrôler un attaquant d'envergure.
La décision du Paris Saint-Germain de finalement conserver Mevlut Erding a mis doublement le club breton dans la panade : non seulement Rennes doit se tourner vers une autre piste mais surtout, à l'annonce de cette nouvelle, il ne lui restait plus que quarante-huit heures pour y arriver. A part faire appel à Jack Bauer ou à l'Agence tous risques, c'est mission impossible pour le manager général Pierre Dréossi. Ce dernier a d'ailleurs décidé, jusqu'à la fin du mercato, de ne plus parler à la presse. Dans ce genre de situation, en effet, chaque minute compte.

Une nouvelle saison sans attaquant ? Il faut donc espérer que Rennes n'avait pas mis tous ses œufs dans le panier Erding et que des solutions de rechange étaient envisagées. Car sinon, les problèmes offensifs de la saison dernière, où le manque d'attaquant s'était cruellement fait sentir, risque de se reproduire.

Des pistes mais des complications. Depuis l'annonce de la volte-face du PSG, plusieurs noms d'attaquants circulent : Mohamed Tchité (Standard de Liège), Nolan Roux (Brest), Youssouf Hadji (Nancy) ou encore David N'Gog (Liverpool), des joueurs intéressants mais des dossiers compliqués à finaliser en quelques heures, surtout que la concurrence d'autres clubs est sans pitié et que les prix peuvent vite s'envoler.

Erding quand même ? Et si, finalement, Rennes n'avait pas abandonné tout espoir de recruter l'attaquant turc? Dans L'Equipe, Frédéric Antonetti n'a pas manqué de faire un dernier appel du pied au club de la capitale : « Si j'étais Erding, je ne resterais pas à Paris. Nous, nous pouvons lui offrir du temps de jeu. C'est dommage pour le joueur car il voulait venir. Paris devrait réfléchir. » Il y a une semaine, Antonetti disait que si Erding venait, « Rennes serait capable de rivaliser avec les quatre grosses équipes du championnat ». Et sans lui, quelle sera la place des Bretons ?