Les New-Yorkais relativisent

Envoyée spéciale à New york, bérénice Dubuc

— 

A voir les caméras et les unes outrancières des tabloïds, l'affaire DSK a passionné les New-Yorkais. Mais a-t-elle changé le regard que portent les Américains sur la France ? « J'apprécie toujours autant de rencontrer des gens qui viennent d'un autre pays, qui ont une autre culture. Les Français y compris. Je ne ferai pas d'exception à cause de cette affaire qui, à mon avis, a été montée de toutes pièces », assène Heidi, 49 ans, maquilleuse pour le cinéma. En attente de savoir la vérité, les New-Yorkais relativisent, mais sont bien conscients que leur ville n'est pas le reflet de tous les Etats-Unis. « Il est très possible que dans les petites villes le sentiment anti-français se soit développé après toute cette affaire », poursuit Heidi.

Une peur infondée
Depuis les révélations sur la crédibilité de la victime présumée, les New-Yorkais craignent, au contraire, que, l'antiaméricanisme augmente. « Les Français ne doivent pas penser que les Américains leur sont hostiles. C'est le système judiciaire, le fonctionnement des médias qui sont en cause », confie Heidi. Une peur infondée, selon Arthur, chef d'entreprise de 52 ans : « Nous avons une histoire commune si forte, ce n'est pas cette affaire qui va fragiliser les liens entre les Etats-Unis et la France. »

Pas d'avancée

Hier, les avocats de DSK, qui espéraient un abandon des charges, et le procureur se sont rencontrés. « Le processus d'investigation continue et aucune décision n'a été prise », a déclaré un porte-parole de l'accusation.