La marmotte est unique

Manuel Pavard

— 

Les coureurs termineront par les mythiques 21 lacets de l'Alpe-d'Huez.
Les coureurs termineront par les mythiques 21 lacets de l'Alpe-d'Huez. —

C'est la plus mythique des épreuves cyclosportives, la plus réputée dans le monde. La Marmotte, c'est : 7 000 coureurs sur la ligne, 85 % d'étrangers en 2010 représentant 41 nationalités, 174 km et 5 000 m de dénivelé… Mais plus que des chiffres, la Marmotte, c'est surtout un parcours dantesque, plus exigeant que n'importe quelle étape du Tour de France. Jugez plutôt ! Après le départ à Bourg-d'Oisans, les participants enchaînent les ascensions des légendaires Glandon, Télégraphe, Galibier, Lautaret, pour finir par les 21 lacets de l'Alpe-d'Huez.

Gérer son effort
Une orgie de cols et pourtant, ils en redemandent ! Patrick Guéraud, 40 ans, licencié à l'Alpe-d'Huez, ne la manquerait ainsi pour rien au monde : « Je dois être au moins à ma 15e participation. J'ai fini 5e en 2007 et cette année, je vise une place dans les 15 ou 20 premiers. » Pour ce cycliste confirmé, le secret de la Marmotte réside dans la gestion de l'effort : « Il ne faut pas se mettre dans le rouge en voulant suivre les meilleurs, qui bouclent le parcours en moins de 6 heures J'essaye de gérer mon effort, notamment dans le dernier kilomètre du Galibier, très dur, pour arriver en forme au pied de l'Alpe. C'est là que la Marmotte se gagne ou se perd ! »

Programme

Marmotte (174 km) : samedi, 7 h de Bourg-d'Oisans. Mi-Marmotte (76 km) : samedi, 10 h de Valloire. Rando des Marmottes : samedi et dimanche, sur deux jours.