Rafael Nadal passe la sixième

romain scotto, à roland-garros

— 

Une seule main ne suffit plus. Il lui fallait déjà les deux pour porter son trophée fétiche. Elles lui servent maintenant à tenir ses comptes. Pour la sixième fois de sa carrière, Rafael Nadal s'est imposé sur la terre parisienne. L'Espagnol se moque de la légende comme de son premier bandana, mais en battant une nouvelle fois Federer en finale (7-5, 7-6, 5-7, 6-1), il égale le record de victoires de Björn Borg à Roland-Garros.
Malgré un premier set poussif, jamais Nadal n'a senti sa suprématie menacée en finale. Sur l'ensemble du tournoi, il ne peut pourtant pas en dire autant. « Si je joue de cette manière, je ne pourrai pas gagner », prophétisait-il la semaine dernière, après deux tours pantelants. « Rafael jouait très mal, se souvient l'oncle Toni. J'ai pensé qu'il allait perdre Roland-Garros.  »

« C'est un monstre »
Mais Rafa est redevenu Rafa. Söderling et Murray l'ont compris par la suite. Roger Federer le savait. Il l'a une nouvelle fois vérifié, impuissant (notamment en revers), face au lift de son éternel rival. Le Suisse aurait souhaité réitérer le récital entrevu en demi-finale, contre Djokovic. Nadal ne lui a pas laissé le choix, bluffant au passage Jim Courrier, ancienne légende du tournoi. « Ce n'était pas le grand Nadal cette année, mais il gagne quand même. Six fois, c'est exceptionnel. Et il continue à gagner. C'est impressionnant. »
« C'est un monstre, enchaîne Patrice Dominguez. Ce qui est extraordinaire, c'est qu'il bat tout le monde sans jouer d'une façon exceptionnelle. » Dans un salon des joueurs conquis par la performance de Rafa, certains parlent déjà d'un septième, voire un huitième trophée dans son jardin. A 25 ans, il peut en effet voir beaucoup plus loin. A force, il devra peut-être miser sur ses orteils pour faire les comptes.

numéro un mondial

Après sa victoire hier sur le Central, Rafael Nadal reste numéro 1 mondial. Il devance toujours Novak Djokovic, perdant contre Federer en demi-finale, et le Suisse qui reste n°3 mondial. Le Serbe va devoir attendre le tournoi de Wimbledon pour éventuellement détrôner Nadal de la première place.