Et le ciel tomba sur la tête des irréductibles Bretons...

jérémy goujon

— 

Le scénario catastrophe s'est finalement produit. Alors qu'un résultat nul aurait suffi aux Cessonnais pour renouveler leur bail en D1, ces derniers ont littéralement sombré samedi face à des Tourangeaux en roue libre. Conjuguée à la victoire de Paris sur Tremblay (28-26), cette défaite condamne l'OCC à retrouver l'antichambre de l'élite, deux ans après son accession au plus haut niveau. Hors sujet, à l'image d'un début de match loupé (7-4), les hommes de David Christmann ont en permanence couru derrière le score. Sans jamais parvenir à combler leur retard.

Un espoir de maintien
« A partir de 21-19, on a plusieurs possibilités de revenir à un but, mais on échoue, constate amèrement le capitaine Romain Ternel. Il y a eu trop de précipitation au shoot, et également un manque de réussite, puisque leur gardien Fulop a été bon [16 arrêts]. » Loin de vanter les mérites de l'adversaire, son coach préférait pointer du doigt la défaillance de ses propres joueurs. « Trop d'entre eux sont passés au travers pour espérer quelque chose. C'est une grosse déception, d'autant que depuis sept ou huit journées, on était bien. On se rate sur la seule rencontre où il ne fallait pas perdre. » C'est tout simplement « un boulot de plus de dix ans qui tombe à l'eau », selon David Christmann. Même si une bonne surprise n'est pas à exclure dans les heures à venir : proche du dépôt de bilan, Saint-Cyr (8e) pourrait en effet descendre administrativement. Ce qui ferait les affaires de Cesson, premier relégué.

saint-cyr liquidé ?

Le dépôt de bilan du club tourangeau devrait être prononcé demain devant le Tribunal de grande instance de Tours. Une liquidation judiciaire est même évoquée, qui serait synonyme de disparition. Cesson ou Mulhouse (3e de D2) pourraient alorsen profiter pour rester en D1.