Les rêves se font tirer l'oreille

— 

Prête-moi ton oreiller de plumes pour réécrire mes nuits. Nina a le cerveau bien rembourré d'imagination, mais le sommeil désespérément plat, sans rêves ni rebondissements. Jusqu'au jour où elle change d'oreiller. En empruntant ceux de ses proches, elle entrebâille même la porte de leurs rêves, voit que son frère s'imagine rock star ou que Violette veut apprivoiser des primates. Les incursions des auteurs adultes en jeunesse ne sont pas toujours réussies, mais avec Nina et les oreillers (Hélium), Maylis de Kerangal , Prix Médicis, se fraie joliment un passage en eaux enfantines dans cet album moelleusement illustré par Alexandra Pichard.A. K.