Un conte brillant et cauchemardesque

— 

Ames sensibles, passez votre chemin. Il était une fois un meurtre de Baran Bo Odar explore les recoins les plus sombres de l'âme humaine. La mort non élucidée d'une gamine violée puis un crime similaire vingt-trois ans plus tard font tourner la police en bourrique dans une petite ville allemande. Familles dévastées, enquêteurs largués et coupables pitoyables dans leur abjection composent la galerie de portraits d'une œuvre radicale et profondément dérangeante. Cette excellente surprise en forme de descente aux enfers n'hésite pas à parler frontalement de la pédophilie. Une bande-son lancinante, soulignant le passage du temps, ajoute à l'impression d'impuissance généralisée. Personne ne sort indemne (et surtout pas le spectateur) d'un jeu de massacre qui glace le sang. Ce conte pour adultes est pétri dans la pâte à cauchemars, de ceux qui réveillent, en sueur, la nuit.