Le son de Montréal s'est trouvé de nouveaux héritiers

— 

Les Québécois de The Luyas.
Les Québécois de The Luyas. —

Arcade Fire est loin d'être seul au monde. Depuis 2004, le groupe de Win Butler et Régine Chassagne a mis un grand coup de projecteur sur la scène de la métropole québécoise. The Luyas, que l'association Yamoy programme ce jeudi au Pannonica, en est un des derniers produits. Portées par la voix aérienne de Jessie Stein, les compositions de The Luyas augurent d'un avenir plus que prometteur. « C'est un projet pop très beau et onirique, résume Alexandre Labbé, président de Yamoy et programmateur de la soirée. On a vraiment eu un gros coup de cœur. » Les derniers rejetons de la métropole québécoise seront accompagnés pour cette soirée de l'Américain Dustin Wong, à la guitare hypnotique, et du prometteur groupe nantais A Few My Nephew, dont le son oscille volontiers entre le noisy et le psychédélique.J.R.