contemplez l'œuvre du creator

laurent bainier

— 

Le numérique n'engendre pas que des LOLcats. Ici le Cube du Brésilien Muti Randolph.
Le numérique n'engendre pas que des LOLcats. Ici le Cube du Brésilien Muti Randolph. —

L'oisiveté n'est sans doute pas la mère de tous les vices. Mais Vice est bien le parrain de tous les arts. Le magazine qui fait lire les branchés du monde entier a lancé avec Intel une plateforme (thecreatorsproject.com) dédiée aux arts numériques. Musiciens, peintres, architectes, etc. y font depuis un an la démonstration en vidéo que le numérique dope leur créativité. Cette année, le Creators Project ne se contente plus de montrer. Il monte.

Le bijou de Coachella
« Ce que nous avons voulu recréer, c'est l'atmosphère des salons parisiens des années 1920, où les auteurs, les peintres, les scientifiques se croisaient et échangeaient, explique Benjamin Lassale, éditeur de Vice France. Grâce au studio du Creators Project, la centaine d'artistes que nous avons déjà repérés peuvent collaborer et bénéficier de notre aide pour la production, la diffusion et les solutions techniques. »
Les veinards qui iront à Coachella dans deux semaines pourront en voir les premiers fruits. Les Britanniques de United Visual Artists ont travaillé avec le studio pour concevoir la scène principale du festival : un bijou technologique qui se replie entre les concerts pour se transformer en œuvre d'art.
Les autres pourront se rattraper sur la plateforme en ligne. « Le numérique a dématérialisé la création et permis à des artistes de collaborer à distance, commente Benjamin Lassale. Mais il a aussi démocratisé l'art en le rendant accessible à tous via Internet. »

en france

Le Creators Project est un peu né à Paris. Vice France y avait organisé en 2009 un événement dédié aux créateurs du futur qui inspira le projet international. Pas étonnant donc que l'Hexagone soit à l'honneur cette annéeavec deux temps forts en juin, l'un à la Gaîté Lyriqueet l'autre aux Nuits sonores de Lyon.