L'hôpital du Creusot économise 100 000 euros par an

P. L.

— 

S'il y a bien un investissement que l'hôtel-Dieu du Creusot ne regrette pas, c'est le passage, en 2006, du gaz au bois pour le chauffage et pour les besoins en eau chaude des services. D'autant que l'établissement a pu ainsi souligner son attachement à l'environnement et au développement durable.
En 2005, donc, l'hôtel-Dieu jette son dévolu sur une chaudière bois biomasse. Une option tout bénéfice : l'engin évite le rejet de 900 tonnes de CO2 par an et l'hôpital réduit, au passage, sa facture énergétique. « Une chaudière alimentée avec des plaquettes de bois permet d'économiser 100 000 € par an, explique Bruno Chaignon, directeur adjoint. En fait, il s'agit d'une opération blanche, puisque cette économie correspond à notre annuité d'investissement pour les nouvelles chaudières. » Une chaudière de secours à gaz a été installée, on ne sait jamais...
Avec l'augmentation régulière du prix du gaz, l'hôpital est bénéficiaire. Et, à partir de 2016, année de la fin de remboursement de son emprunt, l'établissement enregistrera un gain annuel minimum de 100 000 €… Soit, sur la durée d'exploitation de chaudière, estimée au minimum à vingt ans, une économie de près de 1,5 million d'euros, par rapport au chauffage au gaz.