le maintien dans trois points

Nicolas Guyonnet

— 

Benjamin Stambouli  a une carte à jouer pendant la suspension de Spahic.
Benjamin Stambouli a une carte à jouer pendant la suspension de Spahic. —

Montpellier court après une victoire vitale. « On veut passer le plus rapidement possible la barre des 42 points synonyme de maintien. Cela nous permettra d'aborder et de gérer la fin de saison plus sereinement », explique René Girard, l'entraîneur montpelliérain.
Il ne manque donc que trois points au MHSC pour franchir ce cap symbolique, alors qu'une douzaine d'équipes sont derrière lui. Les Héraultais aimeraient bien se libérer l'esprit dès ce week-end en décrochant une victoire demain soir à Toulouse.
Si le club ne veut pas encore parler de la finale de la Coupe de la Ligue contre Marseille, ce maintien officiel permettrait de la préparer plus facilement. Au club, on refuse aussi d'évoquer une place dans les cinq premiers. « On a du monde devant nous, des gros, et un calendrier difficile qui nous attend. Ça ne surprendra personne si on arrive sixième ou septième », confie le tacticien.

Cinq joueurs suspendus
Cette mission maintien rapide à Toulouse s'annonce délicate. Les Montpelliérains seront privés de cinq joueurs suspendus, dont les piliers de la défense, Emir Spahic et Cyril Jeunechamp. Mapou Yangambiwa devrait être associé à Benjamin Stambouli dans la charnière centrale. Xavier Collin pourrait retrouver le maillot de titulaire à gauche de la défense.
« Il va falloir surtout se faire pardonner par rapport à notre défaite contre Lens. On doit réagir et montrer de l'enthousiasme », explique l'international Espoirs Benjamin Stambouli.
Son entraîneur confirme : « Ce n'est pas une équipe facile à jouer. Elle ne se découvre pas beaucoup. Ils vont mieux en ce moment. Il faudra surtout éviter de faire le non match de Lens. »
Avec deux points d'avance sur les Toulousains, les Pailladins partent avec l'avantage psychologique de leur solidité hors de leurs bases. Ils sont invaincus à l'extérieur depuis le match au stade Vélodrome à Marseille à la fin du mois de novembre.

girard tacle spahic

S'il a défendu son défenseur sur « l'acharnement médiatique» après le coup sur un Brestois, l'entraîneur du MHSC n'a pas été tendre avec Emir Spahic, hier. Après sa suspension pour un coup de coude sur le Lensois Jemaa, Girard lâche : « Ce n'est pas un comportement professionnel. Ce n'est pas tolérable. Je vais demander au président de le sanctionner. »