Une journée avec Beckett

Éric Dourel

— 

Confrontations troublantes.
Confrontations troublantes. —

Surtout ne pas lâcher les accoudoirs. Fin de partie, de Samuel Beckett, est d'abord un huis clos, une journée passée avec quatre personnages : Hamm, Clov, Nell et Nagg. L'époque ? Inconnue, mais certainement post-apocalyptique, vue la touche des acteurs, tous enfermés dans une sorte de refuge. Sûrement les derniers survivants de l'humanité. Hamm, aveugle et paralytique, est au centre de l'espace. Capricieux, irascible, il use et abuse de son autorité sur Clov, son esclave et fils adoptif. Ce dernier a juré de le quitter, voire de le tuer. Nell et Nagg, les parents de Hamm ne sont pas mieux. Ils ont perdu une jambe lors d'un accident de tandem.

Condensé d'humanité
Silence, répétitions, discours sans logique apparente, cette journée, pas si ordinaire, met en exergue tout le génie du dramaturge Samuel Beckett. Dans une apparente inaction et cet espace confiné, il nous offre un condensé d'humanité étonnant. Une tragicomédie qui donne autant envie de rire que de pleurer.
De 6 € à 12 €, du 29 mars au 9 avril, 21 h, au Théâtre du Grand-Rond,

23 , rue des Potiers. 05 61 62 14 85.