La librairie La mauvaise réputation a le vent en poupe

— 

Art contemporain, érotisme, polar et surtout graphisme, depuis huit ans, la librairie La mauvaise réputation « met en avant des genres littéraires qui ne sont pas ou peu représentés », explique Rodolphe Urbs, l'un de ses deux fondateurs. L'Escale du livre a donné carte blanche à cette librairie indépendante, représentante de la culture underground de la ville.

Des plasticiens déjantés
« C'est l'occasion de faire découvrir des auteurs qu'on aime et de faire tomber le libraire de sa tour d'ivoire », estime Rodolphe Urbs. Premier invité de la librairie, Michel Vézina, ancien choriste du groupe des Béruriers noirs et qui dirige la collection québécoise Coups de tête. Une lecture musicale et performance de Charles Pennequin sera au menu. La mauvaise réputation évoquera aussi deux collectifs bordelais : Présence Panchounette, des plasticiens déjantés dont les œuvres sont visibles régulièrement au CAPC ; les Requins marteaux, collectif d'auteurs de BD et graphistes nouvellement installés à Bordeaux, seront invités sur le stand avec une expo dans la galerie de la librairie, « Solo chiot » d'Amandine Urruty.J. M.