l'occ ne doit plus décevoir les siens

jeremy goujon

— 

David Christmann espère voir ses Cessonnais rester attentifs aux consignes.
David Christmann espère voir ses Cessonnais rester attentifs aux consignes. —

«Le travail d'un coach, c'est aussi de savoir remobiliser tout le monde. » Ces dernières semaines, David Christmann semble ressasser le même discours. Il faut dire que l'entraîneur de l'OC Cesson n'est pas vraiment aidé par ses joueurs. Depuis la victoire haut la main contre Tremblay (27-20), le 4 février, ceux-ci ont enchaîné quatre défaites d'affilée, dilapidant ainsi quelques jokers en vue du maintien. Au-delà de ces revers, c'est surtout la manière qui laisse à désirer.

Du bonus avant l'heure de vérité
Notamment à domicile, où le manque d'investissement se fait cruellement sentir. « On ne peut pas se reposer éternellement sur Romain Ternel [capitaine] ou Rémy Gervelas [gardien de but]. Il y a un strict minimum à avoir, mais certains ne l'ont pas », fulminait le technicien cessonnais, vendredi dernier, après la victoire d'Ivry en terre bretonne. Le scénario du match fut identique, ou presque, à celui d'Istres, un mois plus tôt. Des Irréductibles passant leur temps à courir derrière le score, la faute à un déchet conséquent en attaque. « Ils ont droit de rater des tirs, mais pas autant. »
Preuve que la situation s'avère délicate, David Christmann n'a pas souhaité s'exprimer avant le déplacement de ce soir (20 h 30), pour le duel retour face à Tremblay. « C'est assez tendu pour l'instant. Je parlerai au moment de la venue de Nantes [1er avril] », nous a-t-il seulement confié hier. Quoi qu'il en soit, à force de jouer avec le feu, son équipe va finir par se brûler… ou pas. Encore maître de son destin, Cesson (10e) peut éventuellement gratter quelque chose en Ile-de-France ou contre ses voisins ligériens, mais ne devra surtout pas se rater face à Dijon (8 avril) et Paris (23 avril). Autrement dit, ses deux poursuivants immédiats...