Leçons d'ivresse et d'inspirationpar le Coréen Hong Sang-soo

— 

Le cinéaste Hong Sang-soo.
Le cinéaste Hong Sang-soo. —

On dit de lui qu'il est le Rohmer coréen, à cause de sa manière, subtile et légère, de traiter du jeu amoureux. Le cinéaste Hong Sang-soo sort aujourd'hui Hahaha, primé au dernier Festival de Cannes, et ses films font l'objet d'une rétrospective à la Cinémathèque. La leçon de cinéma qu'il y donnera ce soir nous permet de revenir sur la réputation qu'il a de faire boire ses acteurs pour les aider à trouver l'inspiration. « C'est moins le cas qu'autrefois, se défend-il, car les dialogues de mes films sont plus écrits. Mais il est vrai que pour se sentir bien dans l'ambiance, nous préparons souvent les scènes autour d'un verre… ou deux. »

Trouver le sujet du film
Une leçon de cinéma, la tâche sied bien au cinéaste coréen. Ses héros sont souvent des universitaires. Et lui-même donne des cours de cinéma depuis trois ans. A ses étudiants, il recommande de « prendre davantage de risques ». Et de choisir les outils de mise en scène après avoir trouvé le sujet de leur film, et non l'inverse : « Trop de jeunes se laissent influencer par le style d'un cinéaste qu'ils admirent. Mais la sincérité d'une œuvre demande d'adapter au contraire les aspects formels à ce qu'on veut raconter. »S. L.